Tendances métiers Aéronautique

 

 « 2015 est une année pivot de passage de la phase de conception à celle de production »

Dans l’aéronautique, les carnets de commandes sont remplis pour les dix années à venir. La phase d’étude terminée, place aux métiers de la rationalisation de la conception. Le challenge des cinq années à venir ? S’adapter aux évolutions sectorielles.

Fabrice B, Directeur Secteur chez euro engineering, décrypte les tendances métiers du secteur aéronautique

Un recrutement moins dynamique à l’horizon 2015 après 3 années de forte croissance

Sur l’année 2014, le secteur aéronautique a employé 180 000 personnes. En 2015, les entreprises membres du Gifas ont prévu de stabiliser l’évolution des effectifs. 8 000 recrutements sont prévus en 2015 contre 15 000 en 2012 : cela fait suite à trois années toniques au niveau de l’embauche.

« Nous sommes dans une phase charnière : il faut s’adapter aux évolutions du secteur pour ne pas subir les dégâts du passage de la phase de conception à celle de production pour les ingénieurs d’études. Se reconvertir dans les métiers de production et d’outillage est primordial pour bon nombre de cols blancs de l’aéronautique même s’il faut bien admettre que la partie production est moins consommatrice en postes que celle dédiée aux études. ».

Des formations diversifiées grâce à un soutien massif de la profession

Entre 2010 et 2015, on note une nette progression à l’embauche des jeunes, notamment une hausse de la formation en alternance de 50%. Les industriels investissent dans les lycées techniques (Lycée Airbus à Toulouse, le Lycée Stélia à Méaulte, le CFA Figeac Aéro) tandis que le partenariat du Gifas avec le Groupe ISAE soutient la profession avec 1M€ pour de nouveaux cursus. « Chez euro engineering, nous  nous occupons essentiellement des cols blancs mais pour les métiers de production chez les cols bleus qui travaillent sur les chaînes d’assemblage, l’école Airbus fonctionne très bien et forment en série des opérateurs performants. »

Les métiers d’avenirs sont axés sur l’automatisation et l’expérience client

« Tous les métiers d’électronique et de systèmes embarqués sont en forte croissance. Nous avons toujours besoin d’améliorer ces systèmes et d’innover, afin d’améliorer le confort  des passagers, ne serait-ce pour qu’ils puissent téléphoner dans les avions. L’avion du futur peut être totalement automatisé à l’image des autres transports. Le groupe Safran, notamment, travaille beaucoup sur le  tout électrique ». Les métiers de demain seront ceux spécialisés dans ces domaines. Un deuxième axe d’innovation est constitué par l’expérience utilisateur.

La partie Customer Services se doit d’être en innovation constante pour améliorer la maintenance et l’aménagement interne des avions. « De nombreuses discussions sont en cours pour augmenter la capacité des avions jusqu’à 1 000 pour l’A380 ou pour faire appel à des sociétés spécialisées dans la conception de sièges plus légers. Il est primordial de garder la qualité du service tout en gagnant en ergonomie afin de réduire la consommation de fuel. Des sociétés comme Zodiac y travaillent. Ce sont des métiers essentiels même s’ils emploient peu. ».

Source : Gifas (2015).



Une question ? Contactez-nous