Le projet GEMS, quand l'industrie Oil & Gas met en lumière l'océanographie

 

Retour sur le projet Global Environnemental Monitoring Survey

Les bureaux d’euro engineering à Pau, c’est tout une équipe de professionnels au service des industries spécialisées implantées dans la région. Dont Total, célèbre groupe pétrolier en charge de chantiers sur tous les continents.

Suivons l’équipe d’Anaïs Guillou, Chef de Projet Hygiène / Sécurité / Environnement, sur un des derniers dossiers en date de ce géant du pétrole en Angola : GEMS, pour Global Environnemental Monitoring Survey. Afin de respecter les législations locales et en accord avec sa propre politique environnementale, c’est tout un suivi de l’écosystème marin sur les lieux de forage qu’il fallait mettre en place.

Le projet :
En 2012, plusieurs pétroliers, dont Total, se sont associés pour répondre à cet impératif de suivi du potentiel impact de leurs activités sur l’environnement marin. Pour Total, la résolution de cette problématique est passée par l’appel d’offre auprès de sociétés angolaises. Face à la haute technicité que requièrent ces projets, Holisticos bureau d’étude angolais, partenaire d’Euro engineering depuis plusieurs années déjà, a fait appel aux solutions techniques de l’équipe paloise, qui s’est ainsi vu confier une de ses missions les plus importantes en termes de charge.

Les sites de forage (déjà actifs ou simples potentiels) sont situés très loin de la côte, autour de 2000 mètres de fond. Ces environnements profonds très particuliers demandent une technicité spécifique à la fois pour les prélèvements mais aussi pour l’interprétation des données. Il a fallu toute une équipe de professionnels spécialistes de l’environnement marin pour ce sujet d’envergure : sédimentologue, biologiste marin, océanographe, spécialiste en cartographie marine, en modélisation…  Holisticos, bureau d’étude angolais, en charge de la réalisation de la mission, s’est associé à Euro engineering et pour toute la réalisation technique.

La mise en œuvre :
Après de longs mois d’attente (la mission devait commencer fin 2012, le délai pour le choix du bateau ayant rallongé d’autant le lancement), l’équipe est partie une première fois sur le terrain en mars 2014.

Anaïs témoigne de ce lancement de la campagne, assez mouvementé : un planning et un plan d’échantillonnage à adapter en permanence pour palier les problématiques changeantes, comme des vitesses de déploiement plus lentes dues à des profondeurs d’échantillonnage plus importantes qu’annoncées sur les cartes, des points d’intérêts additionnels au fur et à mesure, la nécessité de jongler avec les campagnes sismiques en cours dans le même temps sur les sites…

Après cette phase de prélèvements, les laboratoires d’analyse renvoient des résultats bruts. L’équipe d’Euro engineering  va ainsi pouvoir travailler sur l’interprétation des données afin de raconter l’histoire du site et de donner des recommandations au client, des possibilités d’optimisation.  L’étude va courir jusqu’au premier trimestre 2015, avec 11 rapports d’étude à rendre.

Et ensuite ?
Ce projet a une grande valeur scientifique : grâce à ces rapports d’étude, Total peut mettre à disposition des données que d’autres organismes de recherche n’auraient pas forcément eu les moyens d’aller chercher. Une des grandes forces du projet GEMS est de contribuer à une meilleure connaissance de l’environnement marin.

« Une des forces d’Euro engineering, c’est sa proximité au client : outre une grande capacité d’adaptation, nous sommes force de proposition. Les besoins changent avec le temps et la législation, nous les accompagnons au plus près en proposant de nouveaux axes de recherche et de développement tout en répondant à leur besoins opérationnels. »

 

Chiffres-clefs :
Un projet d’envergure internationale : partenariat avec une société angolaise, sur un bateau anglo-saxon, avec une double équipe scientifique.
La solution technico-commerciale proposée par Euro engineering, c’est :

  • 329 points d’échantillonnage
  • 8 semaines en mer
  • ... une belle aventure humaine, avec 2 équipes complémentaires de 7 personnes (les ingénieurs d’Euro engineering pour leur bagage scientifique et ceux d’Holisticos pour la connaissance du terrain)



Une question ? N'hésitez pas à nous contacter :