Hind L.

 
Hind L., Ingénieur d’études en environnement dans l’Agence Environnement

Hind L., Ingénieur d’études en environnement dans l’Agence Environnement de La Défense depuis 2011, a notamment réalisé les Bilans de Gaz à Effet de Serre (GES) pour 12 filiales du Groupe Adecco. En 2013, elle nous expliquait en quoi consiste sa mission.


Depuis mon arrivée dans la société en 2011, mon activité est centrée sur deux missions principales :

  • La première, pour le compte d’un Ministère, a pour finalité la rédaction d’un Dossier d’Autorisation d’exploiter une installation. C’est autour de ce projet que s’est construit mon équipe, une équipe dynamique aux spécialités complémentaires.
    Actuellement, nous sommes toujours en cours de réalisation du projet pour le Ministère, le diagnostic de faisabilité s’est tout juste achevé. Il nous faut désormais démontrer aux autorités compétentes que sa construction, son fonctionnement, la prise en charge de sa fin de vie, ne présenteront ni nuisance pour l’environnement ou la santé publique, ni danger au regard des solutions techniques que nous avons proposées.
  • La seconde, la réalisation des Bilans de GES de 12 filiales du Groupe Adecco en collaboration avec l’équipe RSE dans laquelle j’ai effectué mon stage de fin d’études.

Peux-tu nous en dire plus sur ce projet ?

A la suite du Grenelle II, les entreprises de droit privé de plus de 500 salariés au 31 décembre 2011 se sont vues dans l’obligation de réaliser l’évaluation des Gaz à Effet de Serre de leurs activités avant le 31 décembre 2012.

La Direction RSE d’Adecco Groupe France, en charge du pilotage projet pour le Groupe, décide de réaliser cet exercice pour plus de filiales que ce que la réglementation n’impose et identifie euro engineering pour la réalisation des Bilans de GES.

Les objectifs du projet sont bien évidemment l’estimation des émissions de GES générées par nos activités, mais également la construction d’un plan d’actions et du volume d’émissions évitées attendues qui en découlera.


Quel a été ton rôle ?

Après avoir déterminé le périmètre d’études, nous avons lancé la collecte et le traitement des données tout en sensibilisant les acteurs qui seront amenés à être le plus sollicités dans la construction du futur plan d’actions.
C’est dans ce cadre que l’ensemble des collaborateurs du Groupe se sont vus interrogés sur leurs déplacements domicile - travail quotidien par le biais d’une enquête pendant la semaine du Développement Durable en 2012. Nous avions d’ailleurs eu un bon taux de retour à cette enquête ; ce qui fût encourageant pour la continuité du projet.
Puis les Directions Groupe ont été sollicitées dans le cadre de l’identification des actions les plus pertinentes, au regard de la part d’émissions d’une source donnée (consommation électrique, déplacements professionnels…) et d’un déploiement sur un court terme.
Plusieurs grands domaines ont ainsi été repérés : les déplacements, qu’ils soient professionnels ou domicile - travail, ainsi que le parc immobilier et la consommation électrique.  Notre intervention s’est achevée fin 2012 avec la livraison des Bilans de GES.

Et maintenant ?

La collaboration avec la Direction RSE d’Adecco Groupe France devrait se poursuivre en 2013 avec le déploiement du plan d’actions qui a été construit à la suite de l’analyse et autour des domaines repérés. Elles seront déployées à compter du 1er semestre 2013 et concernent :

 

  • le covoiturage
  • la réduction des émissions des GES des véhicules de la flotte automobile
  • la réduction des émissions générées par la perte de fluides frigorigènes, ou plus précisément l’état des lieux précis de la quantité de fuites de fluides frigorigènes
  • la réduction de la consommation électrique des établissements, ou plus précisément l’état des lieux précis de la consommation
Les deux dernières actions, en nous permettant de mieux apprécier l’existant, nous permettront par la suite de déterminer les actions correctives les plus adaptées qu’il nous faudra déployer.


    Le mot de la fin ?


    Le plus intéressant dans ce type de projet, c’est que l’on est amené à travailler avec un grand nombre d’interlocuteurs qui plus est, de lignes métiers différentes.
    Ma plus grande surprise : les réactions très étonnées au cours de la réunion de sensibilisation, en particulier face aux données chiffrées telles que la quantité de combustibles fossiles encore disponibles à la surface de notre planète, la consommation énergétique moyenne journalière dans le monde… Mais également, l’intérêt qu’a suscité la thématique.


    Aujourd’hui c’est la journée de la femme. Pouvons-nous te demander, comment tu vis le fait d’être une femme dans un univers masculin ?

    Etre une femme dans un univers masculin... je n'ai pas de réelle réponse à cette question. Je ne l'ai jamais ressenti comme ça.
    L'agence Environnement est certes très mixte, mais dans le cadre de réunions chez des clients, de formations, ou dans des structures pour lesquelles j'ai travaillé par le passé il m'est arrivé d'évoluer dans des univers à forte représentativité masculine, sans que cela ne soulève de problème.